Menu

mercredi 1 octobre 2014

Chronique [ROY LEWIS] Pourquoi j'ai mangé mon père

Dear readers !!

Je suis contente de publier cette ouvrage qui m'a beaucoup plu. J'ai pas vraiment le temps pour ça mais j'ai tellement aimé sa lecture que je prend trois bonnes heures pour faire cette chronique afin de partager avec vous ce roman.
r
AUTEUR(S) : ROY LEWIS

Naissance : 1913
Felixstowe, Angleterre
Décès : 1996 (83 ans)
Profession : Écrivain
Formation : Oxford

Né en 1919, Roy Lewis a grandi a Birmingham, et poursuivi ses études à Oxford avant d'intégrer la London School of Economics. En 1938, il part sillonner l'hémisphère Sud, avec sa jeune épouse. Après un long séjour en Australie, il rentre en Angleterre en 1946 et entreprend alors la rédaction d'ouvrages socio-économiques. Raidement, il est engagé comme correspondant à Washington pour The Economist, avant de rejoindre le Times en 1961, où il reste jusqu'à sa retraire en 1971.
Journaliste et sociologue, Roy Lewis, pour être venu tard à la littérature, n'en a pas moins fait une entrée remarquée avec Pourquoi j'ai mangé mon père. Il est également l'auteur de Mr Gladstone et la demi-mondaine, et La véritable histoire du dernier roi socialiste.


POURQUOI J'AI MANGÉ MON PÈRE

Édition : ACTES SUD (1990)
Autre(s) éditeur(s) : POCKET
Traducteurs : Vercors et Rita Barisse
Titre VO : THE EVOLUTION MAN
Première publication en 1960 par 
Hutchinson sous le titre : What we Did to Father
Nombre de pages : 182
Genre de l'ouvrage : Aventures, Comique
ISBN : 2-266-08437-2
(Livre loué/emprunté)

PRIX Amazon.fr / PRIX FNAC / Facebook


QUATRIÈME DE COUVERTURE :
Approchez Homo sapiens ! Ce livre vous fera hurler de rire ! Faites la connaissance d'une famille préhistorique : Édouard, le père, génial inventeur qui va changer la face du monde en ramenant le feu ; Vania, l'oncle réac, ennemi du progrès ; Ernest, le narrateur, un tantinet benêt ; Edwige, Griselda et autres ravissantes donzelles...
Ces êtres délicieux font le monde autour d'un feu dégustant des os à moelle. Regardez-les découvrir l'amour, s'essayer à la drague, se battre avec évolution.
Situations rocambolesques, personnages hilarants d'un monde où l'homme est pourtant déjà homme : batailleur, jaloux, ingrat et aussi rétrograde. Un miroir à consulter souvent. Pour rire et réfléchir.

MON AVIS PERSONNEL :
C'est en Afrique Orientale en Ouganda précisément, non loin des volcans Kilimandjaro et du Ruwenzon des monts Kenya et N'Gorongara. Ce roman parle de l'évolution des demi-singes dans une nature hostile remplie d'animaux prédateurs. On suit la vie quotidienne rythmée par les découvertes, l'évolution de l'homme préhistorique à l'époque pléistocène : Le feu, la survie, l'éducation, vêtements, l’exogamie et l'amour, la cuisine dans son ensemble, le dessin...
C'est une famille pithécanthrope erectus (homo eretuc, évolution de l'homo habilis) qui vit à l'époque pléistocène (vers le milieu) selon Annie Collognat (POSTFACE).

Un peu de révisons :

  • australopithèque : vers -4 millions d'années = pliocène
  • le genre homo :
    • homo habilis : apparu il y a 2 millions d'année = pléistocène (du grec pleistis, le plus, et kainos, récent)
    • homo erectus : apparu vers 1.5 millions d'année = pithécanthrope
  • homo sapiens
    • apparu il y a 400 00 ans = holocène
    • homo sapiens neandertalensis : vers -80000 (première glaciation)
    • homo sapiens sapiens : vers 38000 = cro-magnon
Cette famille est composée du chef de famille pour commencer, le père, Edouard. C'est un grand pithécanthrope du pléistocène convaincue que "La nature est avec l'espèce qui possède sur les autres une avance technologique". Il a une capacité à modifier les armes de chasse. Il passe son temps à chercher comment évoluer. Il construit encore et toujours des armes plus dangereuses les unes que les autres alors que le doute empare sont frère Vania qui est très conservateur et qui conteste à chaque fois ce que fait sont frère mais en profite, en use. Alors que Ernest approuve mais reste cela dit prudent.
Sa femme, Mathilde invente l'art culinaire et s'occupe des enfants et de la caverne.
L'oncle Vania, le frère d'Edouard, a une devise et c'est aussi sa politique : "Back to the trees" ("Retour aux arbres").
Edouard et Mathilde ont un fils nommé Ernest. Ernest est le narrateur de l'histoire, il veut vivre tranquillement avec sa douce femme Griselda.
Et il y a les frangins d'Ernest : Alexandre, Tobie, Oswald et William le petit dernier.
Bien sur, la famille est grande est j'ai parlé seulement des personnages principaux.
Ils habitent une caverne spacieuse autrefois habitée par des ours. Cette caverne est telle que chaque enfant a sa chambre.

Roy Lewis nous propose un miroir de la société, de notre comportement qui ressemble à le leur ainsi que de notre évolution. Le roman tout aussi drôle que surprenant donne à réfléchir. Il raconte l'évolution des hommes à la préhistoire mais surtout comment l'être humain veut trop vite évoluer - quelques fois à leur détriment - apprendre et inventer de nouvelles choses.
Je lui trouve une originalité hors du commun de par la narration. Le fait que ce soit un personnage qui raconte. Ça me plaît beaucoup mais avant tout, ça permet de ne jamais avoir envie de fermer le livre. J'ai vraiment était prise par le temps et je le saurais encore. J'ai donc mis un peu de temps à lire cette bibliographie qui fait partie d'une liste conseillée par mon établissement de formation. J'en lirais d'autre mais pas sure de faire à chaque fois des chroniques. Vous comprendrez que j'étais obligé de partager celle-ci. Ce livre est incroyable ! Magnifiquement bien raconté. On peut trouver un aspect satirique - qui ne m'a absolument pas dérangé - car cette "famille des cavernes" n'est rien d'autre que la représentation d'une famille d'aujourd'hui.
On remarque aussi que les personnages du roman parlent un langage très soutenu. Ils communiquent beaucoup mieux que nous, devrais-je dire. C'est cet anachronisme - que je ne qualifie pas comme une erreur mais comme un fait volontaire - qui rajoute ce côté étonnant et amusant à l'histoire. On la vit - différemment que si on regardait un reportage réaliste - vraiment bien.
Roy Lewis parle de la préhistoire savamment, un descriptif parfait des lieux et des personnages qui permet d'ouvrir son imaginaire. On fait un sacré bon en arrière tellement facilement qu'on s'y voit, qu'on le vit presque. Il est simplement impossible de s'ennuyer. À plusieurs reprises, on trouve les connaissances en sociologie de l'auteur. Il nous montre et nous fait reconnaître de manière simpliste, les erreurs de l'homme mais aussi son évolution (bien et/ou mal). Nous sommes les doubles de ces personnages, ce sont nos descendants, ne l'oublions pas ! Et lisez ce livre !


Les + : Narration, l'originalité de l'histoire, la simplicité de la lire grâce à l'humour de l'auteur. Vocabulaire très riche. Lecture accessible à tous, simple.
Les - : RIEN


Extrait 
Page 137 :

"Cette noble institution, n'en doutons pas, va libérer des énergies nouvelles, accélérer le rythme du progrès moral et matériel au sein des sociétés subhumaines. Je suis convaincu déjà qu'après cette magistrale expérience,si pénible qu'elle pût être au début, ceux qui l'ont faite n'ont eu qu'à s'en féliciter."
Page 164 :
"Votre devise, nous disait-il gravement, ce doit être de donner à vos enfants, comme j'ai tenté de le faire, un départ meilleur que n'a été le votre.N'attendez rien des autres, faites comme si tout l'avenir de l'espèce dépendait de vos seuls efforts. Et qui sait, peut-être en dépend-il ! Nous vivons à une époque critique. Le feu n'est qu'un début. Maintenant il va falloir bâtir, organiser avec méthode et réflexion. Après les sciences naturelle, les sciences sociales. 

Pourquoi j'ai choisi ces extraits ? Premièrement, ils m'ont interpellés pendant la lecture. Deuxièmement, je trouve simplement que c'est le reflet de notre société actuelle. C'est le côté sociologique de l'auteur qui ressort ici et c'est ce qui m'a fait réfléchir. Ce que dit Roy Lewis à propos de la devise telle qu'il aimerait qu'elle soit, est totalement vrai. Du moins, personnellement j'approuve complètement.


NOTE :



♥ C'est un coup de coeur, et oui, notamment parce que j'ai grandement apprécié, c.f. : "Les + :".
Je vous fais des gros bisous et à bientôt pour de nouvelles aventures! ♥

Sources : Wikipédia, Postface du livre
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Boutons icônes sign